Atelier cinéma

RÉALISATION DE COURTS MÉTRAGES 2016-2017 :

Les élèves de 4ème de l’atelier cinéma de l’année scolaire 2016-2017 ont réalisé un court-métrage mêlant dessins, animation et poésie . Ils ont pu le présenter à la Villa Arson.

20170622_150129

 

RÉALISATION DE COURTS MÉTRAGES 2014-2015 :

Les élèves de 4ème de l’atelier cinéma de l’année scolaire 2014-2015 ont réalisé un court-métrage sur leur quartier et leur trajet pour se rendre au collège.

Le film « Tours…et détours… »


RÉALISATION DE COURTS MÉTRAGES 2013-2014 :

Les élèves de 4ème de l’atelier cinéma de l’année scolaire 2013-2014 ont réalisé un court-métrage sur leur quartier en interviewant différents commerçants et associations.

Le film « Notre petit cœur.. de quartier »

 

 

SORTIE AU FESTIVAL DE CANNES 2014:

Les 4°3 et les 4°5  de l’année scolaire 2013-2014 sont allés au festival de Cannes.
« On commence la journée très tôt, on est tous un peu fatigués. Le bus démarre et cette sortie qu’on attendait impatiemment commence. Le trajet est long mais on arrive tout de même à la banlieue de Cannes à 9 heures. C’est dans la petite salle de cinéma du RAIMU que l’on regarde le premier film (Le petit homme) qui raconte la vie d’un immigrant tchétchène en Autriche. La fin survient brutalement et toute la salle reste surprise. »

DSC_09_modifié-1  DSC_05

« On reprend le bus pour aller manger dans un jardin où se trouve une salle de cinéma et un snack où ceux qui le voulaient pouvaient acheter à manger. »

cannes-2

« Après une pause où on a pu se détendre et jouer, on a regardé le second film (Baby Ballon) qui était humoristique (surtout les premières minutes du film!).On a eu le privilège de rencontrer l’actrice du premier rôle qui a répondu à nos questions et qui nous a même chanté une chanson. »

cannes-5  cannes6
« Nous avons eu la chance de nous balader sur la Croisette, c’est assez difficile de décrire tous ce qui s’y passe,le plateau du Grand Journal, des montées de marches, des célébrités… »

cannes-3  DSC_01
« Malheureusement on doit rentrer à Nice et le bus nous attend près de la Croisette. Une petite nostalgie s’installe à l’idée que l’on doit retourner en cours demain matin… »

DSC_0115

Cliquez sur le lien pour lire le compte-rendu de la journée par Dawud et Chaima 4e5 : Journée à Cannes

 

Résumé et critique du film « Le petit homme » par Svyatoslav 4e3 :
43285
Film autrichien, écrit et réalisé par Sudabeh Mortezai.
Caméraman : Klemens Hufuagi.
Interprété par Ramasan Minkailov et Kheda Gazieva…
« À Vienne, dans le quartier de Simmering, le camp de Macondo abrite 3 000 réfugiés de différents pays, Ramasan, 11 ans, venu de Tchétchénie avec sa mère et ses deux petites sœurs, a perdu son père lors du conflit  avec les Russes, c’est du moins ce qu’on lui a raconté. Issa apparaît, il se dit être l’ami de guerre du père de Ramasan. Il est venu rendre à la famille une montre et une photo.
Il se lie peu à peu d’amitié avec Ramasan jusqu’au jour où l’enfant pense qu’Issa a abandonné son père pendant la guerre.
Ramasan fréquente des délinquants, qui volent dans les magasins, et va jusqu’à accuser Issa de l’avoir battu un jour où des policiers les l’interpellent.
Mais il va se rendre compte de ses erreurs. La caméra suit l’enfant dans tous ses faits et gestes. Des gros plans sur lui nous font comprendre que celui-ci réfléchit beaucoup au mal qu’il a fait.
Le titre veut bien dire qu’en l’absence du père, cet enfant joue au chef de famille, et s’occupe comme il le peut de ses deux sœurs jumelles et de sa maman.
Quand Issa passe à la maison, il se passe des choses dans la tête de l’enfant : « et si cet homme venait prendre ma place auprès de ma mère? » et il ne le supporte pas.
Mais Ramasan est un enfant très mâture pour son jeune âge car il a vécu des choses très dures.
A la fin, il va faire un geste qui montre qu’il veut penser à l’avenir en enterrant dans la forêt, au pied d’un arbre la montre de son père.
Ce passage est très émouvant car la caméra nous montre comment, au cinéma, sont les actions qui nous font réfléchir sur ce qui se passe dans la tête du personnage, alors que dans les livres, c’est un narrateur qui en vision interne nous rapporte les sentiments et les pensées intimes du personnage.
Enfin le dernier plan, silencieux nous a surpris et laissé sur notre faim… Mais en dissertant après le film, nous avons compris que ce plan nous montre que Ramasan venu s’asseoir près d’Issa devant sa porte, accepte finalement qu’il rentre dans leur vie. »
Résumé

Le Petit Homme est un film allemand de Sudabeh Mortezai racontant la vie de Ramsan, un jeune immigrant tchétchène en Autriche. Ramsan a onze ans lorsqu’il rencontre un homme, Issa, qui prétend avoir été un ami de son père mort à la guerre.
Ce que j’ai aimé
Une des qualités de ce film est la profondeur de l’histoire, Ramsan n’a que 11 ans mais il doit déjà faire face au monde des adultes (d’où peut-être le titre « Le Petit Homme »), sans père il n’a pas de guide et doit ce frayer seul un chemin pour devenir mâture. On s’identifie plutôt bien à Ramsan, car tout comme lui,on sait très peu de choses sur son père.
Le caractère sentimental est lui aussi très présent. Pour Ramsan, Issa est un père de substitution, il lui pardonne même après que Ramsan l’a dénoncé à la police alors qu’il essayait de l’aider.
La fin survient brutalement, c’est d’ailleurs surprenant, le réalisateur nous laisse imaginer ce qui pourrait se passer après (obtention du droit d’asile,révélations sur Issa…) c’est un choix artistique assez osé, cette fin surprenante s’additionne donc aux qualités.
Ce que je n’ai pas aimé
Même si je l’ai tout d’abord mis dans les qualités, cette fin brutale peut être un défaut, le spectateur reste  »sur sa faim », il se demande ce qui adviendra de Ramsan, qui était vraiment son père… Tant de réponses que cette fin nous empêche de connaître.

Résumé et critique du film « Baby ballon » par Sabrina, Esther et Diane 4e5 :
BB Affiche
« Baby Baloon est un film qui est sorti en salles en 2013 en Belgique. Le réalisateur s’appel Stefan Liberski . Le scénario du film a était écrit par Dominique Laroche . Baby Baloon n’est pas une adaptation de livre. La cameraman est Claire Mathon. Les principaux acteurs sont : Bici interpréter par Ambre Grouwels et Vince qui est interpréter par César Domboy.
Ce film parle d’une fille nommé Bici age de 18 ans , une fille ronde certes mais bourrée de talent. Elle est la chanteuse d’un groupe de Rock ( Bici and the Bitches ) dont le guitariste Vince est sont ami d’enfance. Vince et Bici s’échangent un baiser langoureux c’est la où Vince rencontre Anita une jeune fille très belle et mince est il tombe amoureux d’elle.
Bici veux a tout pris éliminer Anita de la vie de Vince. Elle veux essayer de l’empoisonner  mais elle échoue. Anita aussi n’est pas la fille gentille contrairement a ce qu’on pense , elle va dire des chose horrible à Vince derrière le dos de Bici sur son poids.
Puis Bici décide d’offrir un cadeau a Vince c’est la guitare qu’il voulait s’acheter mais il n’avait pas les moyens pour se la procurer, donc Bici qui est aveuglé par son amour décide de lui acheter en volant de l’argent à sa mère , à sa grand-mère et demande une avance de salaire a son patron.Ensuite, elle la montre a Vince mais celui-ci sait qu’elle veut avoir une aventure avec lui c’est pour ça qu’elle lui a achetée cette guitare. Vince s’énerve et commence à la traiter de folle puis sur le coup de l’énervement, Bici prend la guitare et la casse en frappant avec  sur la voiture de Vince à la fin , Bici décide de faire une carrière de musique en solitaire. Le réalisateur veut nous faire réfléchir que la beauté du cœur n’égale pas   la beauté du corps c’est a dire ne pas fiée au apparence car l’essentiel est invisible pour les yeux et qu’on aime les gens pour ce qu’ils ont dans le cœur. Ce film nous fait réfléchir aussi sur l’importance de tout mettre en œuvre pour toujours donner le maximum.
A la fin du  film l’actrice principale Ambre Grouwels qui joue Bici était  venu pour parler de son film Elle nous a expliquer sa formation de chanteuse d’opéra et son rôle dans une comédie musical.
A un moment un élève lui a demander de chanter quelque chose ,elle décida de chanter « Diamonds » de Rihanna. Elle nous a parlé de façon très simple,elle nous a expliquer sa souffrance a cause du regard qu’ont porter sur elle a cause de ces rondeur mais elle rajoute que elle s’en fiche qu’elle est épanouie dans sa vie d’artiste. »

 

 

RÉALISATION DE COURTS MÉTRAGES 2012-2013 :

ATELIER CINEMA 2012-2013. Projet -classe de 4e à effectif réduit.
Variations improvisées autour du vocable BAN(C), banc public et ban de poissons.
….Et si, en français, le verbe TOMBER en disait plus qu’il n’y paraît?…..Et si « tomber sa chemise » n’était qu’une illusion d’optique…….obtenue par la magie de l’image?
….Et puis, si LE BANC était un lieu où l’imprévu arrive….juste quelque chose de différent…. et parfois, le jaillissement de la parole par des chocs!!!!
Nous allons vous décrire simplement ce qu’est pour le film d’animation LA PIXILLATION : en animant des êtres humains, image par image, on peut obtenir des actions impossibles à faire dans la réalité, un exemple: Mounir devient une marionnette articulée. Il décompose ses mouvements en plusieurs poses successives et reste immobile pendant la prise de l’image.
Le mieux est d’aller voir notre film et d’ouvrir grand vos yeux………

Le film « Il était un banc »:

Le film d’animation « Il était un banc »:

 

 

SORTIE AU FESTIVAL DE CANNES 2013:

Les 6°5, 3°2 et 4°3 de l’année scolaire 2012-2013 sont allés au festival de Cannes.

« Nous sommes arrivés et nous sommes allés à la maison des jeunes et de la culture au Studio 13, où nous avons vu un premier film intitulé « Just the wind » après la projection nous sommes allés déjeuner dans le jardin derrière la cinémathèque. »

« Nous avons tous passé un très bon moment. Ensuite, nous avons pris la direction de la plage et là c’était vraiment génial car on a pu s’amuser tous ensemble ou par petit groupe, nous avons pu tremper nos pieds dans la mer. Après ce bon moment, nous sommes retournée à la cinémathèque, nous avons vu le film « Millefeuille » (qui je pense a plus plu que celui de la matinée). »

« Après cette deuxième séance, nous sommes retournés au bus pour aller sur la Croisette. Nous sommes arrivés dans un parc, il y avait beaucoup de monde, nous étions proche des fameuses « Marches », elles étaient grande et des personnes étaient en train de faire les derniers préparatifs pour la montée des marches du soir. Nous avons également croisée un mannequin. »

« Nous sommes allés sur la croisette près de la mer, nous nous sommes baladait, nous avons vu Igor Bogdanoff (un scientifique assez connu) nous avons continué notre chemin et nous nous sommes arrêtés prêts du plateau des Guignols, ou nous avons vu une partie de l’émission qui devait être diffusé le soir-même. Après nous avons rejoint le car et nous sommes rentré à Nice des souvenirs pleins la tête d’une journée magique. »

Critique du film « Just the wind »

« Ce film a obtenu l’Ours d’argent au Festival de Berlin et sortira dans les salles le 12 juin 2013. Il raconte le sort terrifiant des Roms en Hongrie. L’histoire se fait dans un terrain vague d’une petite ville hongroise. Là où des Roms ont construit des baraques de fortune et essayent de « vivre ». On sent dès le début du film une tension marquée aussi par une bande-son qui, associée à une caméra qui suit de très près (nombreux travellings) les personnages et les cadre en plans serrés, nous plonge d’entrée dans un univers où la menace plane … On y voit une mère qui peine à vivre, une grande sœur et un petit frère, un jeune ado très beau, qui a une présence très forte à l’écran. (C’est lui qui apparaît sur l’affiche du film) Ce petit monde a les mêmes envies que nous, d’être heureux de se faire des amis, peut-être de partir vivre au Canada, c’est en tout cas le désir de la mère qui travaille dans une usine. Mais la réalité eut tout autre, elle est un obstacle à leurs rêves … La fin du film est effroyable et nous donne à réfléchir sur le regard que nous portons sur ce qu’on ne connait pas, sur ceux qui sont différents de nous. C’est ça aussi la magie du cinéma … de nous permettre d’approcher des réalités parfois très éloignées de la nôtre. »

Critique du film « Millefeuille »

« Ce film a obtenu le prix du meilleur film lors de la 2ème édition du Festival du cinéma Africain de Louksor en Egypte. Ce film parle du destin de deux jeunes filles tunisiennes qui luttent pour leurs libertés lors de la révolution en Tunisie. Zaineb est fiancée à Brahim qui est un entrepreneur en France et qui souhaiterait se marier avec elle à Nice, il souhaiterait également qu’elle porte le voile ce qui entrainera beaucoup de conflit dans sa famille. Aicha est une jeune femme qui s’occupe de sa famille et qui est la meilleure amie de Zaineb, elle travaille avec cette dernière dans un café, elle porte le voile ce qui va provoquer quelques petits problèmes avec son patron. Hamza le frère de Zaineb est un islamiste évadé et il est amoureux de Aicha. Dans l’ensemble ce film laisse à réfléchir car on voit une partie de ce qu’a créé la révolution tunisienne, ce film a plu à la plus part d’entre nous. »

classe-cinema-site

 

 

 

RÉALISATION DE COURTS MÉTRAGES 2011-2012 :

Le collège Vernier a été sélectionné au festival de Grasse « Les toutes premières fois » pour le film d’animation « les précieux conseils de Yaaba »

Le film « Les précieux conseils de Yaaba » :

Sélection festival de Grasse

 

 Le film « El ladron escarmentado (le voleur volé) » :

 

 

Le film « Une classe spéciale » :

dvd eleves

 

 

RÉALISATION DE COURTS MÉTRAGES 2010-2011 :

Le film « Dans l’impasse » :